Article : La profondeur de champ (niveau débutant)

Réflexion, analyse, interrogation sur un montage ou un procédé de réalisation, questionnement photographique, essayons de comprendre ensemble :geek:.
Avatar de l’utilisateur
Roch
Messages : 213
Contact :

Article : La profondeur de champ (niveau débutant)

Message#1 » mer. 25 nov. 2009 02:10

La profondeur de champ qu’est-ce que c’est ?

Pour faire simple, la profondeur de champ c’est la zone de netteté (l’ensemble des plans nets) visible dans votre cadrage, opposée bien entendu aux zones floues (s’il y en a).


O.K, ça c’est simple, mais comment contrôler cette zone de netteté ? Comment l’étendre ou la diminuer ?


Il est important lorsqu’un photographe veut faire passer un message, donner une ambiance particulière ou concentrer l’attention du spectateur sur une zone déterminée, qu’il maîtrise sa profondeur de champ.

Avant d’aborder les différents points permettant d’influer sur la profondeur de champ, il faut être conscient que la taille du capteur conditionnera également les résultats obtenus. En gros, plus le capteur de votre appareil est petit, plus vous aurez du mal à diminuer la profondeur de champ. Si vous utilisez un appareil compact (souvent les plus petits capteurs du marché), vous aurez une grande profondeur de champ et il sera difficile de créer des zones floues. En revanche, si vous avez un appareil reflex (modèle grand public), votre capteur sera sans doute au format APS-C, ce qui vous donne déjà pas mal de possibilités. L’idéal étant de travailler avec un appareil dit Full-Frame (équivalent du format argentique 24x36).


Image
*Capteur d’un appareil compact


Remarque : à cadrage identique, l’utilisateur d’un capteur APS-C devra ouvrir d’environ un diaphragme pour retrouver la profondeur de champ offerte par un Full-Frame. (→ voir plus loin la relation entre la profondeur de champ et l'ouverture de diaphragme)


:exclaim: :!: Trois facteurs seulement permettent de contrôler la profondeur de champ :!: :exclaim:


1 • La distance qui me sépare du sujet

C’est très simple, plus mon sujet (la personne ou l’objet sur lequel je fais ma mise au point) est proche, plus la profondeur de champ est courte.

Inversement, plus mon sujet est éloigné, plus la profondeur de champ est grande.

Par exemple, pour un matériel identique à réglages identiques, je fais la mise au point sur mon petit frère qui joue à 1m50 de moi, derrière lui, un grand terrain vague, au loin des habitations. Mon frère sera net mais les habitations au loin seront floues, j’aurai une courte profondeur de champ. Mon frère s’éloigne petit à petit et va jouer au fond du terrain vague, plus près des habitations. Ma position n’a pas changé et je décide de prendre une nouvelle photo en faisant la mise au point sur lui, tout sera net, le fond du terrain, mon frère, les habitations derrière lui, j’aurai une grande profondeur de champ.


Image


À retenir !
Sujet proche = profondeur de champ plus courte
Sujet éloigné = profondeur de champ plus grande


2 • La Focale que j’utilise


Image


La focale de votre objectif est indiquée dessus. C’est une distance en millimètres qui va couramment de 18 à 300 (pour les modèles grand public). Souvent votre kit reflex est vendu avec un objectif 18-55 et bien la focale c’est ça. « 18-55 » signifie que vous pouvez faire varier la focale de votre objectif de 18 à 55mm. Un objectif à focale variable est aussi appelé un zoom. Si vous n’avez qu’un seul chiffre indiqué (50mm) c’est que vous utilisez un objectif à focale fixe (vous ne pourrez pas la faire varier). La focale détermine mon champ de vision. Plus elle est courte (18mm) plus le champ cadré est large et plus le grossissement est faible. Plus la focale est longue (200mm) plus le champ cadré est mince et plus le grossissement est fort.


Image


Maintenant que vous avez saisi la différence entre une courte et une longue focale voilà ce qu’il faut savoir :

Plus ma focale est courte, plus la profondeur de champ est grande.

Inversement, plus ma focale est longue, plus la profondeur de champ est faible.

Exemple avec mon ami guitariste, dans un premier temps, j’opte pour un cadrage classique (le haut de son corps avec sa guitare). Puis, en faisant varier uniquement ma focale, je me concentre sur ses mains avec un cadrage plus serré.


Image
*60mm

Image
*105mm


Dans les deux cas, la mise au point est faite sur les cordes situées un peu avant le manche de la guitare. On voit que l’angle de prise de vue change légèrement entre les deux photo ce qui joue aussi un rôle. Mais dans ce cas, c’est principalement la différence de focale qui fait varier la profondeur de champ. Dans la première photo, l’autocollant blanc en bas à gauche est encore lisible. Sur la seconde, il apparaît comme une masse floue.


À retenir !
Focale courte = une profondeur de champ plus grande
Focale longue = une profondeur de champ plus faible


3 • L’ouverture de diaphragme

L’ouverture de diaphragme défini la quantité de lumière que l’objectif laisse entrer. L’ouverture, avec la « vitesse d’obturation », va donc déterminer la quantité de lumière qui ira frapper votre capteur.

Les possibilités d’ouverture sont directement liées à l’objectif utilisé. On parlait tout à l’heure de la distance focale indiquée sur votre objectif (par exemple 18-55). Ces chiffres sont en général suivis d’autres chiffres « 1: 3,5-5,6 ». Ils indiquent les plus grandes ouvertures disponibles. « 18-55 » et « 3,5-5,6 » ça veut dire que votre objectif peut ouvrir (au maximum) à 3,5 lorsqu’il est réglé sur 18mm et 5,6 lorsqu’il est réglé sur 55mm. Le « 1: » (parfois noté « f: ») placé devant « 3,5 » signifie simplement que l’on parle bien d’ouverture maximale et de rien d’autre. Dans le cas d’un objectif à focale fixe (par exemple 50mm), il n’y a qu’un chiffre, par exemple « 1: 1,8 ».

Remarque : certains zooms (objectifs à focale variable) n’ont qu’un chiffre pour indiquer l’ouverture maximale. On parle alors d’ouverture maximale constante pour (par exemple) un 24-105 qui ouvre à 4. Quelle que soit la focale à laquelle vous travaillez de 24 à 105 votre ouverture maximale est 4.

Les différentes valeurs (ouvertures) de diaphragme :

1 - 1,4 - 2 - 2,8 - 4 - 5,6 - 8 - 11 - 16 - 22 - 32 - 45 - 65 - 90

Remarque : certaines ouvertures souvent utilisées comme 3,5 ou 4,5 sont des valeurs intermédiaires.

Vous retrouvez ces chiffres lorsque vous réglez l’exposition sur votre appareil, parfois précédés d’un « F » en référence à l’ouverture de diaphragme notée « f ».

Remarque : l’affichage « F11 » (par exemple) que proposent certains constructeurs peut être trompeur. Il s’agit toujours d’une référence à l’ouverture de diaphragme notée « f » et non de la focale souvent notée « F » également dans les cours photo et les calculs liés à l’optique.

N’oubliez pas que : plus le chiffre est petit (comme 1,4 ou 2,8) plus l’ouverture est grande, plus vous laisserez entrer de lumière. De la même manière, plus le chiffre est grand (comme 16 ou 22), plus l’ouverture est petite, moins vous laisserez entrer de lumière.


Image


Le diaphragme joue un rôle prépondérant dans la maîtrise de votre profondeur de champ. En effet, à focale identique pour un sujet situé toujours à la même distance, on peut obtenir deux photos radicalement différentes (en terme de profondeur de champ), uniquement en jouant avec l’ouverture.

Plus l’ouverture est grande (f 2,8), plus la profondeur de champ est faible.

Plus l’ouverture est petite (f 22), plus la profondeur de champ est grande.

Maintenant, faisons un petit exercice qui permet de mieux visualiser ce principe. Je travaille en conditions studio avec ma focale de 50mm qui ouvre à 1,8. Je cadre la collection d’appareils photo de mon grand-père. Ma focale est fixe, je ne peux donc pas la faire varier (elle reste à 50). Je peux me rapprocher ou m’éloigner, mais cela ne m’intéresse pas. Je veux juste cadrer tous les appareils et créer un effet de perspective.


Image
*f 1,8

Image
*f 16


La première photo était sympa, mais quand je l’ai montrée à mon grand-père, il m’a dit : « c’est chouette fiston, par contre c’est dommage qu’on ne puisse pas lire le nom de l’appareil à droite tout au fond, c’est mon modèle préféré ». Alors pour lui faire plaisir, j’ai fait la même photo en fermant le diaphragme, je suis passé de 1,8 (ouverture maximale de mon objectif) à 16. Comme vous pouvez le voir, la profondeur de champ a considérablement augmenté. Mon grand-père était content.


À retenir !
Grande ouverture = profondeur de champ plus faible
Petite ouverture = profondeur de champ plus grande


Conclusion

Contrôler la profondeur de champ lors d’une prise de vue photographique n’est pas si difficile. Il faut garder en tête les trois facteurs sur lesquels vous pouvez jouer, afin de réaliser les effets créatifs souhaités.


Ce dont je dois me souvenir !

Je désire une profondeur de champ courte, beaucoup de flou à l’avant ou à l’arrière de mon sujet : je me rapproche, j’utilise une longue focale, je choisi une grande ouverture de diaphragme (f 2,8 par exemple).

Je veux au contraire une grande profondeur de champ, éviter les zones floues : je m’éloigne du sujet, j’utilise une focale courte, je choisi une petite ouverture de diaphragme (f 16 par exemple).


(toutes les photos utilisées dans cet article sont la propriété exclusive de Roch Postel - en revanche le schéma représentant les différentes ouvertures de diaphragme a été trouvé sur internet)

Revenir vers « Technique et Questionnement »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron